Les difficultés d’intégration

2418288195Le degré d’intégration des personnes albinos dépend des cultures et des croyances.

Dans certains milieux, les albinos sont considérés comme porteurs de malheur ou, au contraire, idolâtrés.

Dans le meilleur des cas, en Afrique, les albinos se voient offrir des présents en échange de bénédictions mais, majoritairement, ils sont marginalisés et persécutés. Être albinos, ou enfanter un albinos, est souvent perçu
et vécu comme une calamité. L’albinos est rejeté socialement. Il demeure souvent un mal aimé, voire un pestiféré. Il est encore bien difficile de vaincre les préjugés à son encontre, les peurs, les superstitions, etc.

Il existe plusieurs formes d’extermination discrètes de l’enfant, pendant un bain ou par l’intermédiaire de tueurs professionnels. Ces méthodes sont utilisées par certains parents, parfois avec la complicité de la société.

D’autres facteurs entrent aussi en jeu dans les difficultés d’intégration des albinos dans la société africaine.

D’une part le climat chaud du continent africain est peu clément à la santé des albinos, qui ne peuvent exercer aucune activité exposée au soleil, d’autre part, la myopie prononcée et incorrigible due à l’albinisme les exclut des professions exigeantes en acuité visuelle. En outre, les dons, talents et potentialités de la personne albinos ne sont pas, dans la majorité des cas, pris en compte.